Télécom ParisTech

Point de vue d’un opérateur satellite

par Jean-Paul Brillaud (1972), Directeur général délégué, Eutelsat

JP Brillaud remercie les organisateurs de l’avoir invité, car les activités des opérateurs satellite sont souvent méconnues.

Le premier constat est que le chiffre d’affaires des opérateurs satellite (10 G$/an sur l’ensemble du monde) est en croissance soutenue (8% de croissance par an), même si ce CA reste modeste par rapport aux grands acteurs des télécommunications et des médias.

En termes d’activités, la téléphonie internationale qui était dans le passé l’activité principale, est en forte décroissance. A cette activité, s’est substitué le marché des réseaux d’entreprise, mais surtout le transport et la diffusion de chaînes de télévision, qui est désormais le secteur roi du domaine : l’arrivée de la télévision numérique a multiplié le nombre de programmes à transporter. Le taux de croissance prévu est de 5 %/an pour le nombre de chaînes et de 24 % pour le nombre d’abonnés. Et la télévision 3D arrive, qui va contribuer à cette croissance.

Récemment, en France, le satellite a été mis à contribution pour alimenter les répéteurs terrestres et pour assurer le complément de couverture pour la TNT (diffusion dans les zones d’ombre). Orange TV est monté sur le satellite.

Le secteur connaît une forte concentration, puisque 4 acteurs se partagent 70 % du marché, Eutelsat restant le leader européen. Eutelsat exploite 27 satellites sur 18 positions orbitales.

Pour l’avenir, il demeure que le satellite reste la solution la moins coûteuse pour la diffusion de la télévision (200 000 Euros pour diffuser une chaîne sur tous les pays européens). A ce prix, on se pose la question de l’intérêt de réseaux terrestres…

Eutelsat est un contributeur majeur pour la réduction de la fracture numérique. Il offre un service bidirectionnel d’accès haut débit en complément de l’ADSL terrestre. L’an prochain, Eutelsat doit lancer le satellite Ka-Sat en bande Ka (entre 17 et 30 GHz), qui permet une couverture plus étroite : avec des antennes similaires à celles utilisées pour la réception de la télévision, ce satellite permettra de desservir jusqu’à 2 millions de clients pour un coût de l’ordre de 30 Euros par mois. Ce satellite en bande Ka est une première en Europe.

En mai dernier, Eutelsat a lancé le satellite W2A, équipé d’une charge utile en bande S de Solaris Mobile. Même si l’antenne a connu un problème technique lors de son déploiement et ne fonctionne pas de ce fait dans ses conditions nominales, il apparaît que le service de diffusion de télévision mobile personnelle en bande S (2,1 GHz) pourra fonctionner dans 2 ou 3 pays, dont la France.

L’UIT reçoit de plus en plus de demandes pour des accès au spectre. Or l’orbite géostationnaire est encombrée, compte tenu de l’obligation de découplage de 2 à 3 %, il n’y a que 180 positions orbitales, pour 250 satellites en orbite. La saturation est particulièrement nette en bande Ku (10,7-14,5 GHz). Une des difficultés provient des bandes planifiées réservées pour les Etats par l’UIT, mais mal utilisées. Cela conduit à une certaine stérilisation d’une bonne partie du spectre, notamment en bande Ku. Il faut évoluer vers un système d’attribution des fréquences au niveau international, voire au niveau mondial.