Télécom ParisTech

Systèmes mobiles avancés

par Philippe de La Fortelle, Directeur Marketing et Stratégie Ericsson France

Ph. de La Fortelle rappelle qu’il était déjà présent lors des Entretiens de 2008, consacrés à l’accès fixe optique FTTH. Cette année, il vient pour parler de l’accès mobile, sachant que les 2 sujets sont d’actualité et sont complémentaires.

Le monde des télécommunications constate enfin le développement du trafic de l’accès mobile pour des usages multimédia (connexion Internet, vidéo, mails…). Mais l’ergonomie du terminal (et sans doute les forfaits proposés par les opérateurs) sont fondamentaux : on considère que 50 % des connexions Internet depuis un téléphone portable proviennent d’un i-phone. Chez ATT, c’est 70 % des connexions Internet qui sont faites à partir de ce terminal. 3% des clients génèrent 40 % des usages réseaux !

A moyen terme, on va voir se développer l’Internet des objets connectés, Ericsson a développé avec Intel une puce pour ce faire. Ericsson estime à plus de 6 milliards le nombre de cartes SIM actives en 2014. Ce nombre sera porté à 50 Milliards en 2020 grâce au développement des objets connectés et au déploiement de réseaux haut débit HSPA, puis LTE.

La question est : l’Internet Mobile va-t-il tenir ses promesses ? Alors que les revenus des opérateurs sont loin de croître à la vitesse des coûts réseaux.

Le nouveau standard LTE se met en place, avec un support très large, sans précédent pour les systèmes d’accès mobile : de Verizon à China Mobile, en tenant compte de ses deux variantes FDD et TDD.

En termes d’implémentation, on distingue le MSR (MultiStandard Radio) dans une gamme de fréquences et le SDR (Software Defined Radio), capable de fonctionner dans plusieurs gammes de fréquences. Ericsson a donné la priorité au MSR pour ses développements actuels et à venir.

Le LTE tient-il ses promesses en termes de très haut débit mobile ? Ph. de La Fortelle fait état de résultats de débit moyen par cellule en fonction de l’utilisation : un débit moyen de 45 Mbit/s a été obtenu, pour un débit crête de 150 Mbit/s. Par ailleurs, la latence du LTE a été divisée par 3 : 10 ms.

Et l’écosystème des terminaux se développe : Ericsson coopère avec Samsung en ce sens.

Ph. de La Fortelle donne rendez-vous l’année prochaine pour les premiers résultats expérimentaux. Il cite également les travaux en cours pour la normalisation du LTE advanced, pour lequel on espère un débit crête de 1 Gbit/s.

Olivier Blondeau d’Orange revient sur les chiffres de débit moyen indiqués par Ph. de La Fortelle et lui fait préciser qu’il s’agit d’une porteuse de 20 MHz dans la bande des 2,6 GHz.