Télécom ParisTech

Filière Systèmes et logiciels répartis

Les logiciels et systèmes répartis sont au cœur de la grande majorité des applications informatiques et socio-techniques d'aujourd'hui, de l'informatique embarquée et pervasive aux grands centres de données, applications web, systèmes "cloud" et systèmes de systèmes.

Les grandes entreprises du Web ont montré l’exemple d’architectures de systèmes répartis innovantes mais aussi de nouvelles méthodes de développement, qui se diffusent dans l’informatisation de tous les secteurs. Ces nouvelles pratiques sont basées sur la responsabilité des concepteurs-développeurs, l'agilité pour développer de nouveaux services, l’amélioration continue, le travail collaboratif, les échanges communautaires autour de l’open-source, etc.

La filière présente en 2e année une vue d’ensemble des fondements théoriques et des concepts, des modèles structurants, des techniques de base et des solutions architecturales, des pratiques et méthodes, indispensables aux architectes et aux concepteurs-développeurs des logiciels et systèmes répartis.

L’objectif est que les élèves acquièrent des connaissances justifiées mais aussi concrètes, les permettant d’appréhender à travers leur apprentissage, l’ingénierie telle que pratiquée actuellement en entreprise. Les problématiques abordées concernant la répartition,  la conception, la vérification et la validation, le cycle de vie de développement sont renouvelées par les nouveaux domaines d’application.

La filière SLR a deux options de 3e année : une option à l'extérieur en systèmes d’information, un parcours de mention Informatique Paris-Saclay en systèmes complexes. Ces options sont préparées par des cours distincts en période 4. Une option interne spécifique ouvrira à la rentrée 2017.

Pour plus d'information (programme de 2e et 3e années, projets PRIM, débouchés, contacts...) voir le site de SLR  et sur SynapseS  (offre de formation).

Sirui Yang

La filière SLR m’a particulièrement plu car elle permettait d’apporter un nouvel éclairage sur le développement logicielle. En effet, il ne s’agissait plus uniquement de coder des logiciels mais de penser en amont à leur développement (modélisation, architecture logiciel, méthode de développement...) tout en gardant une part de technique avec la programmation concurrente.

Sirui Yang, promo 2018