Pressroom

Jean-Louis Dessalles : le robot écrivain n'est pas encore né

« Actuellement, seule la rédaction d’histoires très courtes et très codifiées peut être envisageable », souligne Jean-Louis Dessalles, enseignant chercheur à Télécom ParisTech et auteur du livre Des Intelligences très artificielles (Odile Jacob).

« Une histoire passe par des aspects spatio-temporels que les techniques actuelles sont incapables de faire. Le langage est très difficile à analyser et la machine n’a pas les capacités de donner du sens à la phrase », explique Jean-Louis Dessalles. La sémantique du discours semble être la limite principale dans le processus de création. « Par exemple, lorsque vous faites un constat à l’amiable, il y a le dessin et ensuite un texte à rédiger dans la langue de Molière. La machine n’arrivera pas à décrire le schéma et le convertir en texte. Inversement pour dessiner la scène à partir du texte. » Selon le chercheur, l’IA pourrait devenir dans les prochaines années un système au service du rédacteur pour améliorer l’efficacité de l’histoire.

« Pour l’instant, la recherche tourne le dos à la création littéraire, on reste à la surface des mots, pas dans le sens, ce n’est pas la priorité », nuance Jean-Louis Dessalles.

www.lefigaro.fr/culture/2019/02/10/03004-20190210ARTFIG00092-le-robot-ecrivain-n-est-pas-encore-ne.php (réservé aux abonnés)