Télécom ParisTech

Actualité

Illustration de l'actualité : Soutenance de doctorat de Hélène Legrand : Algorithmes parallèles pour le traitement rapide de géométries 3D

Soutenance de doctorat de Hélène Legrand : Algorithmes parallèles pour le traitement rapide de géométries 3D

vendredi
27
octobre
2017

PhD Comics : I'm defending my thesis, Mom !

Jury

Rapporteurs

  • M. Gilles Gesquière, Professeur, LIRIS, Université Lumière Lyon 2
  • M. Franck Hetroy, Professeur, i3, Université de Strasbourg

Examinateurs

  • M. François Goulette, Professeur, CAOR, Mines ParisTech
  • Mme Pooran Memari, Chargée de Recherche CNRS, LIX, Ecole Polytechnique, Université Paris-Saclay
  • M. Michel Roux, Maître de Conférences, LTCI, Télécom ParisTech, Université Paris-Saclay

Directeur de thèse

  • M. Tamy Boubekeur, Professeur, LTCI, Télécom ParisTech, Université Paris-Saclay

Résumé

Au cours des vingt dernières années, les principaux concepts du traitement du signal ont trouvé leur homologue pour le cas de la géométrie numérique, et en particulier des modèles polygonaux de surfaces 3D. La simplification de surface (sous-échantillonnage), la subdivision de surface (sur-échantillonnage), le remaillage, le filtrage et divers autres opérateurs de traitement des surfaces sont aujourd’hui capables de produire des résultats de qualité élevée, y compris pour des modèles denses et volumineux (plusieurs millions de polygones). Ces traitements requièrent néanmoins un temps de calcul non négligeable lorsqu’on les applique sur des modèles de taille conséquente. Cette charge de calcul devient un frein important dans le contexte actuel, où les quantités massives de données 3D générées à chaque seconde peuvent potentiellement nécessiter l’application d’un sous-ensemble de ces opérateurs. La capacité à exécuter des opérateurs de traitement géométrique en un temps très court, tout en conservant une qualité suffisante, représente alors un verrou important pour les systèmes de conception, capture et restitution 3D dynamiques.

Cette thèse s’inscrit dans le cadre d'un nouveau paradigme d’acquisition et de traitement de données 3D. Tirant parti de l’omniprésence de capteurs (appareils photos, smartphones, caméras 3D...), le processus d’acquisition est aujourd'hui déterminé par les flux de données disponibles et non plus l’inverse.