Télécom ParisTech

Actualité

Illustration de l'actualité : Jean-Louis Dessalles, Luc Julia : pourquoi l'intelligence artificielle n'est pas intelligente

Jean-Louis Dessalles, Luc Julia : pourquoi l'intelligence artificielle n'est pas intelligente

vendredi
1
février
2019

Deux essais récents viennent critiquer la confusion entre intelligence artificielle et intelligence humaine. Le professeur Jean-Louis Dessalles et le créateur de l'assistant vocal Siri, Luc Julia, se livrent à une attaque en règle de la machine.

L'intelligence artificielle (IA) n'existe pas, ou, au mieux, elle est beaucoup trop artificielle. Rien à voir avec celle de l'humain. Luc Julia, à l'origine de  l'assistant vocal Siri d'Apple et aujourd'hui vice-président innovation chez Samsung, ainsi que Jean-Louis Dessalles, enseignant-chercheur à Télécom ParisTech, s'accordent sur ce point dans leurs ouvrages respectifs, parus fin janvier.

Selon Luc Julia, l'intelligence est « réservée au vivant ». C'est un postulat, donc non prouvé. Pour le reste, pour l'humain, viennent ensuite la capacité à contextualiser, la curiosité, l'innovation, l'aptitude à lier différentes disciplines. « C'est en comparant l'IA à l'intelligence humaine qu'on s'aperçoit à quel point l'IA se concentre sur un domaine d'activité et néglige le vécu, la sensibilité, l'assimilation d'expériences, en un mot, la multidisciplinarité. » Elle peut être supérieure à l'humain, comme c'est le cas aux échecs ou au jeu de go, mais seulement pour certaines tâches bien définies. Au-delà, son horizon est terriblement restreint.

Selon Jean-Louis Dessalles, « La question qui se pose est donc de savoir si tous nos raisonnements perceptifs peuvent[...] être simulés par des fonctions précalculées. » Peut-on quand même programmer une IA qui ferait parfaitement illusion ? On peut se contenter d'une simulation de la conscience, comme l'aurait fait le mathématicien Alan Turing. Seulement, les critères où la machine n'égale pas l'humain sont encore très nombreux, insiste Jean-Louis Dessalles. Mais, surtout, aussi perfectionné soit le robot, il finira toujours par dire des bêtises et à être démasqué « tout simplement parce qu'il ne comprend pas le problème dont il est question ». Pourquoi ? Parce que nos expériences conscientes sont liées à la causalité de nos actions, à ce que nous pouvons répondre par exemple, les symboles ne suffisent pas.

Article intégral (réservé aux abonnés) sur www.lesechos.fr/intelligence-artificielle/veille-technologique/0600599368763-pourquoi-lintelligence-artificielle-nest-pas-intelligente-2241297.php