Télécom ParisTech

Une classe de 1re STI de Louis le Grand en visite à Télécom ParisTech

Photos Fabienne Delattre - L'Image en Marche 

Johan, ancien de la série STI et de la prépa TSI, étudiant à Télécom ParisTechJohan, ancien de la série STI et de la prépa TSI, étudiant à Télécom ParisTechBaptiste, ancien de la série STI et de la prépa TSI, étudiant à Télécom ParisTechBaptiste, ancien de la série STI et de la prépa TSI, étudiant à Télécom ParisTechMohamed, ancien de la série STI et de la prépa TSI, étudiant à Télécom ParisTechMohamed, ancien de la série STI et de la prépa TSI, étudiant à Télécom ParisTech

Télécom ParisTech est heureuse d’avoir accueilli des élèves de 1re STI du Lycée Louis le Grand de Paris le 24 novembre 2011. Une rencontre sous le signe du concret, car trois étudiants et un enseignant-chercheur de Télécom ParisTech ont fait part de leur expérience afin d’éclairer les élèves sur leurs possibles futurs choix d’études dans quatre ans. Johan, Baptiste et Mohamed, étudiants de Télécom ParisTech, ont en commun d’être eux-mêmes passés par la 1re STI puis son prolongement logique, la prépa TSI. Chacun avec son parcours spécifique : Johan a d’abord fait un BEP, Baptiste a eu une scolarité particulièrement difficile, Mohamed vient de l’enseignement privé. Les deux premiers ne savaient pas a priori ce qu’ils voulaient faire, tandis que le dernier avait déjà en tête de devenir ingénieur. Tous trois ont passé les concours avec succès et sont aujourd’hui étudiants-ingénieurs à Télécom ParisTech pour leur plus grande satisfaction ! De beaux témoignages, dont les élèves ont retenu qu’avec de la réflexion sur soi-même, ses envies, ses motivations, et avec bien sûr du travail, il est tout à fait possible de réussir en école d’ingénieur ; et ce grâce notamment à la prépa TSI, de plus en plus appréciée car elle donne des compétences concrètes par rapport aux prépas « classiques » comme la MP ou la PC.

Et une école d’ingénieur, pour quoi faire ? Jean-Marie Nicolas, professeur à Télécom ParisTech, spécialiste de l’imagerie radar, a apporté une magnifique démonstration des possibilités offertes par les technologies de l’information, loin des applications connues en télécoms ou informatique : l’imagerie radar permet de suivre l’évolution des glaciers, afin d’alerter sur les risques induits par le réchauffement climatique, mais aussi à la lumière des enjeux énergétiques illustrés par la place éminente de l’hydroélectricité.  Grâce à l’histoire concrète des expériences de captation menées sur le glacier d’Argentière dans le massif du Mont-Blanc, Jean-Marie  a su captiver et faire rêver son auditoire avec des notions de physique concernant aussi bien le cycle de l’eau que la propagation des ondes radar, mais aussi avec des images insolites - comme celles, accélérées des milliers de fois, qui montrent que, oui, un glacier, ça coule !

Site de Luc Moreau, glaciologue , collègue de Jean-Marie Nicolas

Cette rencontre a eu lieu dans le cadre des actions menées par ParisTech et Télécom ParisTech en faveur de la diversité sociale et de l’égalité des chances. Étaient notamment présents Yasser, étudiant de l’École Polytechnique en stage à Louis le Grand et qui assure le lien avec les tuteurs : Arthur, Louis et Youssef sont des anciens de Louis le Grand, aujourd’hui étudiants en 1re année à Télécom ParisTech. La rencontre était organisée par Alan Hornstein, chargé de la diversité sociale à Télécom ParisTech, et Bénédicte Humbert, son homologue à ParisTech.